fbpx

Comprendre l’importance du désir dans la prière

Pendant la prière du matin, je voulais partager une citation d’E.M. Bounds sur l’importance de la prière prolongée. Chaque fois que je lis un livre d’EM Bounds sur la prière, je découvre toujours des idées précieuses. En cherchant mon texte, je suis tombée par hasard sur un passage remarquable sur l’importance du désir dans la prière. C’était très approprié pour nous à ce moment-là. Et c’est un élément essentiel de ma relation personnelle avec Dieu. Je crois fermement que tous les croyants devraient faire de la prière pour le désir une priorité. Le désir joue un rôle fondamental dans la prière, comme Bounds l’écrit :

Le désir n’est pas un simple souhait. C’est une aspiration profondément enracinée, une quête passionnée de réalisation.

Le désir d’aider

J’ai raconté au groupe de prière comment, après être devenu chrétienne, mon unique souhait était d’aider les autres. Mon intention était de le faire en donnant des conseils et des encouragements. Même si je n’avais que 22 ou 23 ans, je sentais que je possédais une sagesse au-delà de mon âge. J’ai vu des adultes gâcher leurs vies. commettre des erreurs graves qui auraient pu être évitées. Un désir est né en moi d’aider d’autres chrétiens par des conseils de manière informelle, personnalisée. Je ne m’intéressais nullement au ministère, à la prédication ou d’autres activités de ce genre. Loin, bien loin de moi de telles pensées.

Aujourd’hui je me retrouve totalement impliquée dans le ministère. Et Il m’est impossible de concevoir la vie autrement. Alors que par obéissance au Seigneur, j’avais abandonné à l’époque mes projets d’écriture et mes rêves de renommée et succès mondain, je me retrouve maintant à écrire. Et je le fais parce que Dieu me l’a ramené de manière persistante sous une forme différente. Ce n’était pas prévu et ce n’était pas quelque chose que je voulais.

Le désir fait la différence

Qu’est-ce qui a fait la différence ? Certainement, le fait d’avoir compris qu’il y avait un appel sur ma vie y était pour beaucoup, mais c’était le désir qui a joué le rôle prépondérant. Il ne s’agissait pas d’y aller contrainte et forcée, au contraire, le Seigneur a suscité en moi un désir ardent de ne faire que Sa volonté et d’accomplir Son dessein. Il a créé un désir irrésistible et constant de connaître intimement Son dessein et de vivre uniquement pour sa réalisation. Le processus était progressif, des moments de prières intenses et des expériences diverses dans la Parole et dans la vie, et les choses précieuses du Père sont devenues précieuses pour moi. Ainsi, toutes mes prières émanent de ce profond désir, notamment lorsqu’elles portent sur des questions relatives à Dieu, notre relation avec Lui et Sa mission.

‘Plus le désir est profond, plus la prière est forte”, écrit Bounds.

Un jour, après un sermon sur la connaissance de Dieu en tant que Père et la passion pour son royaume, c’était l’heure de la prière. Nous avons prié pour que Dieu nous révèle Sa volonté et Son dessein, comme Jésus nous l’a demandé.J’ai particulièrement encouragé chacun à poursuivre un désir passionné pour le royaume. En les observant prier, j’ai déploré leur manque de ferveur. Il m’est apparu que si je leur demandais de prier pour la prospérité financière, la température serait sans doute très différente. Pourtant, à ce moment-là, leurs prières semblaient tièdes, dépourvues de la ferveur qu’apporte un désir authentique. Est-il possible que le désir de Dieu et de ses voies soit de moins en moins appétissant dans l’Église d’aujourd’hui ?

Le désir pour l’air

Permettez-moi de partager une histoire que beaucoup d’entre nous connaissent et que j’ai partagée avec eux à cette occasion, si ma mémoire ne me fait pas défaut, ou bien cela aurait pu être lors de la réunion du groupe de prière ; nous ne cherchons pas la petite bête. Un jeune homme s’approcha d’un vieux sage et lui demanda : “Comment puis-je vraiment connaître Dieu ?” En guise de réponse, le vieil homme le poussa dans une piscine voisine, plongeant sa tête sous l’eau. Le jeune homme lutta désespérément, essayant de relever la tête pour respirer un peu d’air. Il y parvint enfin, haletant. Confus et peut-être un peu alarmé, il se demanda ce que ce vieillard excentrique était en train de faire. Finalement, lorsqu’il put de nouveau respirer, le vieil homme dit : “Quand tu désires Dieu aussi désespérément que tu désirais l’air il y a un instant, tu Le connaîtras vraiment.” Le désir, donc, est la clé.

Il existe une forte corrélation entre la conscience du besoin et la naissance du désir. Beaucoup d’entre nous ne réalisent pas pleinement leur besoin de Dieu et l’importance cruciale de vivre leur vie pour Lui, sans quoi leur existence sera un gâchis. Le jeune homme n’a pas pensé une seule fois à l’air avant de se trouver dans une situation où il en avait désespérément besoin. Selon Bounds, dans ce même beau chapitre sur la prière et le désir, c’est la conscience intérieure du besoin spirituel qui crée le désir, lequel se manifeste ensuite dans la prière.

Le désir est une aspiration intérieure à quelque chose que nous ne possédons pas.

E.M Bounds

Le désir, carburant de la prière

Notre prière pour la révélation de Dieu doit être alimentée par le désir. Lorsque nous nous consacrons à l’œuvre de Dieu, il est essentiel d’éprouver un désir ardent pour Son succès et de prier avec ferveur en ce sens, que ce soit pour les efforts au sein de Son Église ou pour nos projets personnels pour le royaume de Dieu. Si jamais nous ressentons un manque de désir, nous pouvons crier à notre Dieu qui nous donne la possibilité de vouloir et d’agir selon Sa volonté. Il éveille en nous le désir de découvrir Sa volonté et de la mettre en pratique.

Il est regrettable que certains croyants négligent leur vie de prière et ne nourrissent pas la Parole de Dieu dans leur cœur. Lorsque vous leur demandez de changer leurs habitudes, leurs réponses trahissent un manque de désir. Parfois, ils prétendent être extrêmement occupés, ne leur laissant pas le temps de prier ou de lire la Parole. Ce sont des individus qui manquent de compréhension, ignorant que l’ennemi de leur âme règne dans leurs affections et emprisonne leur être intérieur. Ils doivent prier pour le désir, un désir saint et ardent. On peut , par principe et par sagesse, faire ce que l’on doit faire, prier, en l’occurrence. Mais il faut aller plus loin, demander le désir, et le Seigneur leur accordera un désir profond. Beaucoup ne le font pas. Je soutiens souvent que la rétrogradation ne commence pas lorsque l’on cesse d’assister à l’église, mais plutôt lorsque le désir de la Parole et de la prière commence à s’atténuer.

Concilier l’action avec le désir

Pour beaucoup de gens, y compris au sein du mouvement pentecôtiste, la prière peut parfois se limiter à prononcer des formules de routine à Dieu, peut-être même en parlant en langues, pendant que le cœur reste distant. Nous récitons des prières sans vraiment désirer ce que nous demandons. Nos actions après la prière servent de test. Est-ce que nous alignons notre vie sur ce que nous avons demandé ? Quand nous prions pour les âmes, est-ce que nous travaillons activement à les amener dans le royaume ? Lorsque nous prions pour la croissance de l’église, est-ce que nous servons de façon à amener des gens à l’église ?

Désirons-nous réellement ce que Dieu désire ? Parfois, nos cœurs renferment des désirs contradictoires. Considérons ce scénario : imaginons prier pour la croissance de l’église, une requête noble qui correspond à ce que nous savons être la volonté de Dieu. Cependant, nous le faisons tout en redoutant les défis que cette croissance pourrait entraîner. Nous implorons le salut des âmes, mais nous ressentons aussi de l’appréhension à l’idée de nous perdre dans une congrégation plus nombreuse.

Préserver le désir

Attention à la fausse satisfaction, un phénomène fréquent dans de nombreuses vies. Lorsque les gens sont confrontés à des défis matériels ou physiques, ils recherchent désespérément Dieu, priant avec urgence, prêts à parcourir de longues distances et à faire des sacrifices pour trouver un endroit où prier. Cependant, une fois les problèmes résolus, la complaisance s’installe, étouffant la faim spirituelle. La nécessité de la présence et de la direction de Dieu est obscurcie, voire oubliée.

Attention à ne pas laisser votre désir pour les choses matérielles éclipser votre désir pour Dieu.

Certes, il est naturel de souhaiter des bénédictions matérielles, le succès personnel ou un mode de vie confortable. Cependant, nous ne pouvons en faire notre priorité ou nos seuls objectifs. Ce dont l’église a véritablement besoin aujourd’hui, c’est de cœurs enflammés d’un fervent désir- un désir profond pour Dieu et son royaume. Lorsque nous dirigeons notre désir vers une relation intime avec Dieu plutôt que vers des biens matériels, notre prière devient constante. Il s’agit désormais d’une conversation passionnante avec notre Créateur, et non plus simplement d’une obligation.

Cultivons en nous un désir ardent pour Dieu, une faim qui nous attire sans cesse vers le lieu de la prière. Que nos cœurs résonnent avec les paroles du psalmiste : “Comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu” (Psaume 42:1, BDS).

Abonnez-vous et recevez ce eBook

(GDPR) En cochant la case ci-dessous j’accepte de recevoir des ebooks, des articles, etc de ce site. Je peux me désabonner à tout moment.

Abonnez-vous et recevez ce eBook

(GDPR) En cochant la case ci-dessous j’accepte de recevoir des ebooks, des articles, etc de ce site. Je peux me désabonner à tout moment.

Scroll to Top